A la Maison blanche, Obama appliquera "la loi du quartier"

Publié le par Bureau de Washington

Le 20 janvier prochain, Barack Obama emménagera à Washington DC. Sans conviction. Il n’aime pas beaucoup la ville. Il trouve que la vie y est monotone, impersonnelle et technocratique. « Les gens s’y rencontrent pour parler affaires puis rentrent chez eux. Leur but n’est pas d’apprendre à se connaître», déclarait Obama en 2007 au Washington Post. C’est pourquoi au lendemain de sa victoire, Obama a annoncé qu'il passerait la période de la transition à Hyde Park, son quartier de toujours à Chicago. District qui a accompagné sa réussite et auquel il doit beaucoup.

                   Vue depuis Hyde Park sur le lac Michigan et la ville de Chicago                                                                                              
                                                                      
Vue depuis Hyde Park sur le lac Michigan et sur la ville de Chicago

Hyde Park, c'est un peu le Belleville de Chicago. Dans une des villes américaines les plus marquée par la ségrégation raciale, Hyde Park, passe pour "la tolérante" depuis les années 50. Ici, « on voit défiler le monde entier », raconte un habitant. Blancs, noirs, jaunes, rouges, bruns, chaque peuple et chaque pays du monde à ses représentants. Quand on s'y balade, on se croirait dans un discours d'Obama ; "il n'y a pas une Amérique blanche et une Amérique noire.... il y a les Etats-Unis d'Amérique". "Cette convivialité à Hyde Park entre les peuples a décomplexé Obama sur la question raciale" affirme Timuel Black, historien de la ville de Chicago et proche d'Obama.

En plus d'être ouverte sur le monde, Hyde Park "héberge" toutes les classes sociales. Face à la Maison d'Obama à 1,65 millions de dollars, on peut acheter des pavillons pour moins de 190,000 dollars. Quelques rues plus loin, on trouve même des maisons condamnées.


La Maison des Obama à Hyde Park


Timuel Black assure que l'hétérogène composition de la population d'Hyde Park a beaucoup contribué à l'ascension fulgurante d'Obama. "N'étant pas natif de Chicago, sans l'ouverture des habitants d’Hyde Park, Obama ne serait jamais devenu sénateur au niveau local. Nulle part ailleurs son histoire n'aurait même été possible" commente-t-il.

Dès 2000, lorsqu'il échoue pour un poste de sénateur à l’échelon national, Obama comprend qu'Hyde Park ne reflète pas les valeurs de l'état de l'Illinois. Hyde Park a souvent voté indépendant tandis que Chicago et l'Illinois sont aux mains de la "machine politique démocrate".

A Hyde Park, Obama a aussi profité d'un environnement intellectuel exceptionnel. L'Université de Chicago se trouve à quelques kilomètres de sa maison. Fondée par le magnat du pétrole, John Rockefeller, pas moins de 80 prix Nobel y ont enseigné. Ce qui a permis à Obama lorsqu'il y était professeur de droit constitutionnel et demandait à ses étudiants d'imaginer le futur de l'Amérique avec un Président noir, de côtoyer certains des plus grands intellectuels du pays.
                                                                                      
    Obama le Professeur





Hyde Park l'intellectuelle, la libérale, la tolérante a profondément influencé Obama. A la fin de l'interview Timuel Black, se demandait comment les valeurs d'Hyde Park se refléteraient dans sa future administration.  Avec la nomination de Valerie Jarrett comme principale conseillère du président, Black peut être tranquille. Avec Valerie Jarrett qui vit depuis longtemps dans le quartier, Hyde Park aura les oreilles d’Obama. Et s'il oublie les valeurs du quartier, Mme Jarrett lui tirera. Donc, même à la Maison blanche, Obama n’aura pas quartier libre. En plus, Chicago veut les Jeux Olympiques de 2016. Obama s'efforcera donc de faire comprendre au comité d'organisation des JO que les valeurs olympiennes sont déjà bien encrées à Chicago, ou au moins dans un de ces quartiers.
      
         
Benoit Sarrade 
                      

                                                                                                 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guillard France 19/01/2009 14:55

Bonjour à tous

Comme tout le monde je suis émerveillée de l' installation d' un président de couleur à la gouvernance de l' Amérique.

J' ai suivi aux journaux télévisés le parcours de cet homme.

Il est issu d' une classe modeste, moi aussi, depuis quelques jours, je ne le trouve plus pareil ,il ne ressemble plus à celui qui faisait de beaux discours sur une " VIE MEILLEURE POUR LES PLUS FAIBLES !!! "? A vec les restrictions budgétaires qui nous sont IMPOSEES alors que ce sont les banquiers qui s' en sont mis PLEIN LES POCHES !!!, comme chez nous, ceux qui gagnent entre 20.000 € ,18.000 €,
ceux qui cumulent les mandats et se font ainsi une belle tirelire, les patrons qui se donnent un salaire mirobolant alors que ceux qui travaillent pour eux ont des clopinettes !!!

Le faste , les dépenses PHARAONIQUES de ces gens qui disent oeuvrer pour le MIEUX ËTRE DE LA POPULATION, ne sont que des tricheurs, menteurs !!

Il y a une grande misère partout !! les séismes qui ont faits tellement de victimes " survivantes " qui sont encore sans toit! sans travail! malgré les dons énormes du monde entier !!!,les inondations, les raz-de-marée,les cyclones !!!
Pourquoi ne pas avoir fait quelque chose de plus modeste ??
Que se soit de gauche ou de droite, une fois en place, les belles promesses s'envolent !! je suis écoeurée! je ne regarderais pas!!, et je crois que je ne voterais plus !!

Je suis sincère, je ne renie pas mes écrits

Mme GUILLARD F PRESIDENTE D' ASSOCIATION