Fed, Armée, FBI: les hommes de Bush qui restent‏

Publié le par Bureau de Washington

George W. Bush reçoit cet après-midi son successeur Barack Obama à la Maison Blanche. Il assure avoir pris toutes les dispositions utiles pour permettre une transition facile entre les deux présidences. Avec ce même souci d’assurer la continuité de l’Etat et l’efficacité des agences fédérales, M. Obama devrait conserver trois hommes clés du sustème Bush pendant au moins la première année de son mandat. Il s'agit du président de la banque fédérale américaine, Ben Bernanke, du plus haut gradé de l'armée américaine (mais le second dans la hiérarchie militaire car le premier correspond au poste de commandant en chef dévolu au président des Etats-Unis), Michael Mullen et enfin du chef du FBI, Robert S. Muller III.

Pendant la campagne, une des raisons du succès de l'équipe d'Obama est d’avoir été constituée par des gens en qui Barack Obama a une confiance aveugle. En arrivant à la Maison blanche, ce ne sera plus une option disponible. En effet, le nouveau président démocrate devra travailler de concert avec des hommes qui connaissent mieux les dossiers que ses proches collaborateurs. Par chance pour lui, les trois hommes précités avec qui il devra s’entendre sont réputés placer les intérêts de la nation au-dessus de toute affiliation partisane. En pleine débacle financière, c'est certainement le futur tandem qu'il constituera avec Bernanke qui fera couler le plus d'encre.

Le couple Bernanke-Obama

 


Les deux hommes se connaissent. Ils ont échangé de nombreux coups de fil et se sont même rencontrés une fois en personne. C'était dans le bureau de Ben Bernanke à Washington. L'actuel président de la Fed nommé par Bush début 2006 sera en poste jusqu'en janvier 2010, sauf si Obama décidait de le reconduire. Chose probable car Bernanke a de nombreuses qualités qu'Obama apprécie chez un dirigeant. Il est pragmatique, non-idéologique et il jouit d'une excellente réputation auprès des deux grands partis. Mais au final, sa reconduction dépendra avant tout de l'évolution de la situation économique. Pour l'instant, si on se fit à ses commentaires, Barack Obama apprécie les solutions apportées à la crise par Bernanke.

Possibles tensions avec les "chefs" de l'armée américaine

Jeudi dernier, l'amiral Mullen a demandé dans une note à son équipe de tout mettre en oeuvre pour faciliter la transition entre Obama et Bush dans les affaires militaires. Avec l'opposition d'Obama à la guerre en Irak, et sa promesse de retirer les troupes d’Irak dans les 16 prochains mois,  des accrocs entre les deux hommes semblent inévitables. D’une part, Mullen est opposé au plan de retrait des troupes d'Obama en 16 mois. Il pense que, c'est l'évolution des conditions sur le terrain qui doit déterminer la vitesse du retrait. Pas des promesses électorales. Si Obama s'obstine à vouloir retirer les troupes américaines selon son calendrier (au rythme de deux brigades par mois), les experts militaires tablent déjà sur un clash entre leaders militaires et leaders civils. En effet, le commandant Odierno, responsable des troupes US en Irak et le commandant Petraeus en charge de coordonner les opérations militaires dans tout le Moyen-Orient sont farouchement hostiles à tout plan de retrait.

Il existe pourtant des terrains d'entente entre Mullen et Obama. Si Mullen pense que la première priorité de l'armée américaine est en Irak tandis qu'Obama pense qu'elle est en Afghanistan, Mullen reconnait l'urgent besoin d'envoyer des troupes supplémentaires sur le front afghan. Il considère aussi comme le préconise Obama que pour stabiliser l'Irak, les Etats-Unis doivent augmenter leurs efforts diplomatiques dans la région, ainsi que l'aide humanitaire et les opérations de lutte anti-terroristes.

Obama et le FBI

Obama ne connait pas le chef du FBI. En revanche des membres importants de son staff ont déjà travaillé avec lui. Muller a été nommé bien avant les attentats du 11 septembre, et comme rien n'indique qu'il est en partance, il pourrait contrairement à presque tous ses predecesseurs aller au terme de son mandat de 10 ans.

Le dilemme d'Obama 

Beaucoup de journaux rapportent que Robert Gates, l'actuel ministre de la défense de Bush, nommé fin 2006, pourrait s'auto-succéder, au moins pour une période d'un an. Le maintien dans leurs fonctions de certaines personnes nommées par George W. Bush est donc destinée à assurer une transition toute en douceur. Quid de l'intégration probable de nombreux ex-membres des administartions Clinton dans le premier gouvernement Obama? Deux ex-ministres des finances de Clinton, Robert Rubin et Lawrence Summers sont présentis pour occuper ce même poste dans l'administration Obama. John Podesta qui est à la tête de son équipe de transition est l'ancien directeur de cabinet de Bill Clinton. Poste qui vient d'être attribué dans l'administration Obama à Rahm Emanuel qui a fait ses armes à la Maison blanche de Clinton.

Moins d'une semaine après sa victoire, Barack Obama se heurte donc  à l'épineux problème de mettre en place une équipe incarnant à la fois le changement et capable d'être efficace au premier jour de son mandat.
Pendant sa campagne, Obama a surfé sur le thème du changement. A peine aux affaires, ils semblent privilégier l'efficacité et l'expérience sur la rénovation des élites dirigeantes. Alors what? Yes, we can do more of the same ?


                                                                                                                Benoît Sarrade  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DORIAN 15/11/2008 19:05

je me suis poser la question sur l' élection d'OBAMA.....

Qui ça concerne...? ça fait presque quelques jours... meme pas 1 mois que les USA et "le reste du monde" se reveillaient avec un président noir...bon plein de gens vont se dire que c'est une nouveauté ..quelque chose que le monde attendait depuis des siecles ...(on est d'accord je crois ...)
Un president noir ..oui mais qui ça concerne ...? OBAMA est americain..afro americain si on prefère...et le reste du monde restera africain ..asiatique ..europeèn..et que sais je...
certes OBAMA ...apaise l'esprit des afro optimistes et bien d'autres ...mais le contexte du monde nous oblige aussi a penser que cela n'arrange que les americains ...l'aborigene d'AUSTARLIE ne vera que du feu...le pygmée peut etre n'est pas au courant que les choses ont changé..
Au fait ; est ce qu'il a promi du riz au pauvre gars du SAHEL ... un abris au gars qui dort prés du canal saint martin...et au sans papiers...?.
Non ...je crois que c'est juste question de symbole....un noir a la tete de la premiere puissance du monde ..disons a la tete du Monde...BARACK reste d'abord un americain comme on les aime ..comme on les deteste ...
Pour moi c'est juste qu'un symbole...he oui comme tous les symboles faut il vraiment s'en rejouir...?..je crois que chacun peut avoir son opinion...
Un symbole fort comme l'ont été Mozart...Degaulle...Mandela...Luther king....Jonnhy Halliday( ?) ....Stivie Boulay...
bon comme on peut le voir ...les symboles c'est pas ce qui manque ....mais faut se poser la question BARACK changera quoi pour le monde ....et moi je me demande QUI ça concerne ...?

Ajouter un commentaire