Derniers entraînements pour McCain et Obama avant le choc de vendredi

Publié le par Bureau de Washington

 Pour préparer leurs trois confrontations télévisées, Obama et McCain vont se mettre au vert. Dès aujourd'hui, Obama vivra retranché dans une villa de Tampa Bay en Floride. Comme le premier des débats porte sur la politique étrangère américaine et la sécurité nationale, le candidat démocrate va être briefé dans ces matières par une pléiade d'experts. Son équipe a aussi dérushé tous les débats auxquels McCain a participé depuis 2000. Le but avoué de cette opération est d'identifier les conditions dans lesquelles McCain perd son sang froid pour permettre à Obama de les recréer.     

Si le candidat républicain s'énerve pour un simple débat, des centaines de journalistes rapporterons l'affaire. Ce qui pourrait avoir des répercussions considérables pour la suite de sa campagne car en plein tumulte financier, il n'est pas sûr que les Américains considèrent qu'un impulsif doive succéder à un président borné.

Ce ne sera évidemment pas la première fois qu'un débat présidentiel sera passé au crible. En fait, c'est l'expérience des débats passés qui a fait prendre conscience aux candidats que chacun de leurs gestes, chacun de leurs mots fera l'objet d'une critique serrée.

Le moindre signe d'impatience est le débat risque d'être considéré comme perdu pour l'un ou l'autre des candidats. Comme en 1992 avec "Bush 41" qui lors d'un débat avec Bill Clinton et Ross Perot regarda sa montra à plusieurs reprises. Ce geste trahissant sa hâte d'en finir fut interprété comme un manque de respect à l'égard des électeurs américains qui regardaient consciencieusement leur petit écran pour choisir leur candidat. Certains experts pensent aujourd'hui toujours que ce geste a eu des conséquences irrémédiables pour la campagne du père de l'actuel président. Huit ans plus tard, c'est cette fois un Bush qui profita de cette "politique des petits gestes". En 2000, Al Gore visiblement exaspéré par son adversaire, soupira à chacune des réponses de George W. Bush.

Pour ne pas commettre l'irréparable, Obama et McCain vont s'entraîner dans les conditions réelles du débat. Du coté d'Obama, c'est Greg Graig, un brillant avocat qui jouera le rôle de McCain. Pour préparer Joe Biden, c'est Jennifer M. Granholm, la gouvereneure de l'Etat du Michigan qui "interprétera" Sarah Palin. Dans le camp McCain, aucune déclaration n' a été faite sur le nom des "clones" d'Obama et de Biden. Les partisans d'Obama espèrent seulement que McCain s'en tiendra au message de sa pub "celeb". Et qu'ainsi pour s'entraîner à débattre avec Obama des relations tendues entre le gouvernement central irakien et les fils d'Irak dans la province de Diyala, McCain s'exerce avec des stars du ''calibre'' d'Obama comme...Paris Hilton ou Britney Spears.

   
                                                                  Benoît Sarrade


 






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maes 24/09/2008 17:05

N' ayez craintes, Obama saura se tenir et ne donnera pas aux Républicains l' occasion de lui faire du tort !bravo Obama! Good Luck !
Lemagadés

Elmin 23/09/2008 11:47

Un peu de lucidité : McCain sera élu.

Chaque semaine, un nouveau sondage, relayé au mégaphone par les médias européens, nous explique que Barack Obama part favori. Mais la réalité des urnes - et des aspirations de la population américaine - s'éloigne considérablement des fantasmes pro-démocrates européens et du caractère hautement symbolico-médiatique de la candidature d'Obama.

Seuls quelques rares spécialistes sentent bien les choses (je pense en particulier à Yannick Mireur et à son excellent blog : http:yannick-mireur.blogspot.com), et ne répètent pas simplement aux auditeurs ce qu'ils veulent entendre.

L'Amérique ne changera pas.
Le duo MacCain - Palin incarne cette Amérique fidèle à elle-même.
C'est de mon point de vue regrettable, mais McCain sera donc le 44e président des États-Unis.