"The Obama touch"

Publié le par Bureau de Washington

Pour la styliste italienne Donatella Versace, Barack Obama est plus que « l’homme du moment ». Il est sa "source d'inspiration". Dans la vidéo ci-dessous, elle raconte comment "la classe" de l'élu démocrate a inspiré sa collection masculine printemps-hiver 2009.

Il y a quelques années, Donatella Versace conseilla à Hillary Clinton d’abandonner ses tailleurs. Cette fois, avec sa "collection Obama", elle est plus réaliste... moins ambitieuse aussi...La "Obama touch", dit-elle, doit simplement "redonner des couleurs à la mode [milanaise]."  

Pas facile. Mais d'après des experts de la haute couture qui ont vu sa collection à la semaine de la mode à Milan, la créatrice italienne a fait un sans faute. Sa collection innove sans faire appel à des artifices délirants. Par exemple, elle a présenté des
blouses et des chemises de soie noire. Or, on n'avait plus sur les podiums cette association de la soie avec du noir depuis les années 80.

Pour "donner plus de vie" à son défilé, elle a aussi fait appel aux couleurs pastels. 

Enfin, inspirée par la "relax" attitude d'Obama, Donatella Versace a crée des modèles faits pour des hommes qui à l'image du candidat démocrate "n'ont pas besoin de dévoiler leurs muscles pour montrer qu’ils ont du pouvoir », explique-t-elle. Voilà par exemple pourquoi ses modèles n'ont pas de cravate. Comme le jeune sénateur la laisse souvent tomber, la créatrice l'a remplacée par une longue écharpe dont les franges ressortent au niveau du pantalon pour venir se balancer au rythme des pas, ce qui rend le mouvement étonnamment fluide et harmonieux. 

C'est cela avoir "classe italienne"...de Barack Obama! Après avoir habillé l'ex-épouse de Sarkozy, de fil en aiguille, Donatella Versace continue à chercher l'inspiration auprès des élites.   


                                                                                                     
                                                                                                           Sarrade Benoît



 






                                                                                                                                                                                 

Commenter cet article