New Hampshire: J-1

Publié le par blog-elections-americaines-tf1

Le New Hampshire avant les primaires, c’est un peu comme Saint-Tropez l’été ! (la neige et le froid en plus!)…..en quelques jours la population décuple, les hôtels sont pris d’assaut et les rues deviennent embouteillées.

 

Pendant 72 heures, tous les journalistes politiques des Etats-Unis descendent en horde sur la petite ville de Manchester (à ne pas confondre avec la ville de Old Trafford !), la capitale électorale du pays jusqu'à demain.

 

L’avion qui nous a emmené de Washington à Manchester était bourré de reporters : le correspondent du Figaro, l’une des stars du magazine Time, une autre du Washington Post et beaucoup de presse étrangère.

 

A l’arrivée dans le New Hampshire, chacun journaliste fait son propre menu et il y a l’embarras du choix : car ce week-end s’est tenu près d’une centaine de meetings politiques dans cet état qui n’est pas plus grand que la région Poitou-Charente !

Remi Cadoret, cameraman de Tf1, filmant un meeting d'Hillary

Le Stakhanov des meetings électoraux c’est Barack Obama : pour lui c’est matin-midi-et soir….6 fois par jour ! Et à chaque fois, les gymnases, les écoles publiques ou les centres de retraite qu’il loue affichent complets. C’est la star du moment et les gens font la queue pour le voir. Hier il a commencé son dernier meeting avec 2 heures de retard et personne ne bronchait.

 

Bill Clinton n’est pas mauvais non plus, mais il semble avoir perdu son punch - c’est l’impression qu’a eue Bruce Frankel, le producteur de TF1 présent à l’un de ses meetings. Avec assiduité, il sillonne quand meme l’état de haut en bas pour aider sa femme, Hillary, qui s’est, elle, offerte une petit séance de porte à porte dans la neige avec sa fille Chelsea.

 

En fait, tous les candidats tentent de séduire les derniers indécis et les indépendants – des électeurs qui ne sont ni démocrates, ni républicains mais qui ont le droit de participer aux primaires des deux partis (on appelle ça des ‘primaires ouvertes’). Ces indépendants forment 45 % de l’électorat. C’est donc eux qui détiennent les clés du New Hampshire.

 

 Hillary et Chelsea en campagne. 

Et pour les convaincre, les candidats ne reculent devant rien : ils les bombardent de tracts, les appellent plusieurs fois par jours. Ils diffusent même leurs publicités au milieu de leurs émissions télé préférées. Car ici, la chasse aux voix est ouverte.

Guillaume Debré

Commenter cet article

tom 07/01/2008 17:32

6 meetings par jour ??! moi qui pensais que sarkozy en faisait bcp trop...