Comment faire bouillir une grenouille?

Publié le par blog-elections-americaines-tf1

Vous ne vous êtes jamais posé la question ? Moi non plus mais cette semaine, Hillary Clinton vient de nous donner la recette. Il ne faut pas, comme on aurait pu l’imaginer, la jeter dans l’eau bouillante, auquel cas elle sauterait et s’enfuirait dans la seconde. A l’inverse, il faut la plonger dans l’eau froide et fait monter la température tout doucement. Elle mourra ébouillantée sans même s’en rendre compte. Hillary n’est pas devenue sadique, elle nous proposait là une allégorie. La grenouille, c’est les Etats-Unis. L’eau qui chauffe, c’est le prix du pétrole qui augmente. « Nous sommes la grenouille ébouillantée dans cette histoire depuis des décennies » nous explique-t-elle. Les Etats-Unis sont en train de mourir de la hausse du prix du pétrole et ne réagissent pas car ils n’en ont même pas conscience. Raison pour laquelle, elle propose de penser sérieusement aux économies d’énergie.

Tout ca pour dire qu’Hillary se concentre désormais sur son programme économique. La guerre-guerre Clinton-Obama « moi j’ai de l’expérience et je suis compétente» contre « moi, j’incarne le changement et je ne suis pas un homme du passé » a l’air d’avoir cessé pour le moment. On reparle du fond et c’est ca qui explique le succès d’Hillary dans le New Hampshire. Les Américains s’intéressent aux problèmes économiques : la croissance en berne, le prix de l’immobilier qui s’effondre, les pauvres qui perdent leurs maisons etc.

En une semaine on va la transformation Hillary. Avant qu’elle se ramasse en Iowa, elle paraissait  un peu sûre d’elle, un peu froide : on devait supporter ses rires forcés à longueur de journée.  Depuis son premier échec, la voilà combattive, volontaire, plus humaine aussi. Tout le monde l’a vue pleurer. Revoilà l’image, vous jugerez par vous-même si ce sont des larmes sincères ou un gros filon de communication. 

 

 

Hillary sanglote en répondant à cette question d’une habitante : « Comment faîtes-vous pour tenir dans une campagne aussi dure ? »

 

Obamamania

Il avait l’air un peu déçu hier soir, il n’y a pas de quoi, il a fait un excellent score. Il s’attendait à un tsunami. C’est raté pour cette fois. N’empêche, il souffle un vent frais chez ce candidat : il possède le ton présidentiel et vient de lancer son nouveau thème de campagne « yes, we can  » (oui nous le pouvons, cela nous rappelle un peu un slogan de chaussures de sport). Dès qu’on l’aperçoit à la télévision, en vrai ou au loin sur une estrade, on reste scotché par son charisme. Quelque chose d’assez indescriptible. Peut-être son côté calme, placide, sa voix posée ou juste le fait qu’il semble porté par un mouvement populaire assez irrésistible : des jeunes, des anonymes qui n’ont jamais voté et qui se mettent à lui envoyer de l’argent spontanément. Il représente l’homme neuf, l’anti-Bush, celui qui réconcilierait le monde avec l’Amérique. Je ne sais pas trop l’expliquer : il n’est pas très bon pendant les débats, il porte a peu prés le même programme que les autres démocrates, n’a pas particulièrement d’expérience, mais il a ce petit quelque chose qui impressionne tout le monde. Hier, il se baladait avec une pizza et avait encore l’air charismatique. Symbole de cette Obamamania : la Obama girl. Cette anonyme a créé un clip avec les moyens du bord. Il a été visionné par des millions d’Américains ; si bien qu’aujourd’hui, tout le monde en a entendu parler. 

Pierre Grange

 

Obama girl 1. On ne s’en lasse pas

Obama Girl 2. Comme ca marchait bien elle vient de récidiver. Si vous aimez, il y en a plus ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article