C'est toujours les plus drôles qui s'en vont

Publié le par blog-elections-americaines-tf1

 

Il va nous manquer Bill Richardson. Le démocrate arrivé quatrième en Iowa et au New Hampshire vient d’annoncer qu’il jette l’éponge. Ce gouverneur de 60 ans, de père américain et de mère mexicaine, est doté d’un humour redoutable et d’une autodérision à toute épreuve. Jugez-en vous même avec cette publicité ou il se tourne lui-même en ridicule. Richardson, c’est le plus  expérimenté de tous les candidats à la présidence. Un CV long comme le bras : ministre de l’énergie sous Bill Clinton, congressman, gouverneur, ambassadeur a l’Onu, négociateur à Cuba, au Soudan, en Corée du Nord pour organiser la libération d’otages américains, il fut même pressenti un temps pour obtenir un prix Nobel de la paix. Tout cela en une seule vie mais pour se faire élire président des Etats-Unis, c’est beaucoup trop ! Et Richardson sait en rire. Le voilà en plein entretien d’embauche fictif. A l’image d’un quinqua qui a du mal à se recaser dans le monde de l’entreprise, il se fait expliquer par un vulgaire responsable des ressources humaines, que là vraiment, ca ne va pas être possible.  

 

Irrésistible. L’autodérision façon Richardson. Il passe un entretien d’embauche pour un poste de président, avec son CV beaucoup trop fourni.

 

Où vont aller les 5% de démocrates qui votaient pour lui ? Tout le monde se demande si le cœur de Richardson penche plutôt en faveur d’Hillary ou d’Obama. Peut-être Hillary car, quand tous les candidats démocrates se liguaient contre la favorite des sondages, il était le seul à ne pas trop l’enfoncer. Peut-être Obama car une rumeur circule selon laquelle il aurait conseillé a ses électeurs de voter Barak en deuxième choix au caucus de l’Iowa (quand ses électeurs étaient moins de 15% et qu’ils devaient se reporter sur un autre candidat). En abandonnant la course, il n’a choisi de soutenir personne en particulier. Pour le moment : les mauvaises langues disent qu’il serait intéressé par un poste de Secrétaire d’Etat, voire par celui de vice-président (Richardson comme colistier pouvant apporter quelques voix de latinos). 

 

Du coup chez les démocrates, il ne reste définitivement plus que le trio Clinton, Obama, Edwards. Officiellement, Kucinish et Gravel apparaissent toujours en lice mais pas pour très longtemps. Rappelons que Gravel continue à nous faire marrer. Pour les inconditionnel, vous pouvez revoir ses vidéos ici.

 

Pendant ce temps là chez Obama, on enregistre de nouveaux soutiens qui comptent. D’abord le Culinary Workers Union, un syndicat qui regroupe 60 000 cuistots ou serveurs dans le Nevada, l’Etat de la prochaine primaire démocrate. Une belle prise, pour Obama qui avait déjà remporté le soutien officiel du syndicat des fonctionnaires du même Etat. Et ce matin, c’est John Kerry qui vient de le soutenir officiellement. Le candidat malheureux à la dernière présidentielle, ne pèse plus grand-chose, il a toujours détesté le clan Clinton mais c’est un soutien de plus dans la dynamique Obama.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Grange

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annie 11/01/2008 12:29

C'est excellent! Je ne suis pas sûre que nos politiques français aient le meme sens de l'humour. Jamais nous ne verrons un politicien faire ce genre de choses pendant la campagne présidentielle.