Huckabee et sa soeur haute en couleurs

Publié le par blog-elections-americaines-tf1

Voici l'extrait d'un entretien avec « Tata Pat », alias Pat Huckabee Harris, soeur aînée de Mike Huckabee, le candidat évangéliste à l'investiture républicaine, vainqueur surprise du caucus de l'Iowa le 4 janvier dernier, et donc potentiel futur locataire de la Maison Blanche. Pourrait-on voir/entendre cela chez nous? A moins que cela ne soit une autre forme de communication politique?
  
La première chose qui frappe un cameraman français en tournage aux États-Unis, ce n'est pas son journaliste ou son monteur. Mais le naturel avec lequel s'expriment les américains devant la caméra. En France, les formations de Journalistes de télévision ou de J.R.I (pour Journaliste Reporter d'Images, ou journaliste cameraman) pourraient inclure un séminaire psychologique : comment rassurer, chouchouter et finalement faire accoucher de leur pensée les gens que l'on interroge pour réaliser nos reportages (qu'ils soient professionnels de la communication ou non, d'ailleurs, ce métier réserve de nombreuses surprises?)

 

Chuck Norris sous haute protection entre Renaud Villain (JRI) et Gilles Bouleau (chef du bureau de Washington). Rencontré et interviewé au meeting de Mike Huckabee, l'acteur-karatéka est un soutien musclé pour l'ancien pasteur candidat.

 

 

Ici, oubliez la « maïeutique audiovisuelle », l'immense majorité des Américains est née face à l'objectif. Vous pouvez interroger n'importe qui, et sur presque n'importe quoi, il/elle aura forcément quelque chose à vous dire, une anecdote à vous raconter, un point de vue à développer. Est-ce l'omniprésence des cameras de télé du pays et la multitude de chaînes locales, la culture de l'image en général ou celle du débat démocratique à l'échelle du voisinage ? On affiche sans complexe les couleurs du candidat que l'on défend dans son jardin, la politique est un sport comme un autre, non?. 

 

Toujours est-il que l'image caricaturale que l'on peut se faire des Américains depuis nos villages gaulois en prend un sérieux coup dans l'hamburger. Plus souvent légers que graves, pour le meilleur et pour le pire, certes, ils répondent aux  questions avec le plus grand naturel.

Renaud Villain 

Commenter cet article