Le casse-tête du calendrier

Publié le par blog-elections-americaines-tf1

On a déjà essayé de vous expliquer le maquis de l’organisation des primaires (pour ceux qui veulent réviser, c’est ici). C’était déjà imbitable et encore on n’est pas entré dans les détails. Je ne vous ai pas dit par exemple qu’en arrivant troisième dans l’Iowa, Hillary Clinton a récupéré plus de délégués que John Edward qui pourtant est arrivé en deuxième position (15 pour Hillary, 14 pour Edwards). On ne s’est pas arrêté non plus sur le cas palpitant et tellement surréaliste du Michigan et de la Floride où les démocrates pourront voter mais ca ne sera pas pris en compte dans le processus de désignation du candidat à la présidentielle. C ’est le casse-tête du jour.

 

Comme chaque Etat choisit la date des élections dans son coin, cette année on est allé au clash car tout le monde voulait voter avant les autres. L’idée initiale des primaires, c’est que les élections s’échelonnent le plus longtemps possible pour que les petits candidats peu médiatisés aient le temps de traverser le pays et de convaincre la population en remplissant de minuscules salles de sport. Mais évidemment aucun Etat n’a envie de voter en dernier, quand les jeux sont faits. Cette année par exemple, les habitants du Montana voteront en juin : quand ils se déplaceront, ils sauront déjà qui a remporté les primaires, ce sera trop tard. Alors cette fois-ci, chaque Etat a avancé la date des élections jusqu’au déraisonnable. Si bien que les partis républicain et démocrate au niveau fédéral ont du mettre le ‘ola’. Ils ont accepté que l’on commence juste après les fêtes (le 3 janvier du jamais vu) et que la moitie des Etats américains votent le même jour, le 5 février (du jamais vu non plus).

 En revanche, ils ont trouvé que le Michigan et que la Floride allaient trop loin en posant leur date en janvier. Alors ils ont décidé que ces deux votes ne compteraient pas. Clinton, Obama et Edwards n’y ont du coup pas mis les pieds. Les militants iront voter mais pour du beurre. Ils éliront des représentants qui n’auront pas le droit de voter à la convention démocrate qui désignera le vainqueur. Ah ! Ce système américain.

Résumons : avant le super Tuesday où les jeux devraient être faits (même s’il ne faut pas trop s’avancer), voila ce qui va se passer

 

Le 15

Michigan

Primaires. Tout le monde vote mais il n’y a que chez les Républicains que cela compte.

 

Le 19

Nevada

Un caucus (les réunions Tupperware où ils votent en faisant des groupes dans la salle) qui comptent pour les Républicains comme pour les Démocrates

  

Caroline du Sud

Le même jour, cette primaire est réservée aux Républicains

 

 Le 26

Caroline du sud

A nouveau, mais cette fois-ci juste pour les Démocrates. Cela aura un impact énorme, c’est le dernier rendez vous démocrate avant le 5 et c’est l’Etat natal de John Edwards.

 

Le 29

Floride

Une primaire. Tout le monde vote mais cela ne compte que dans le camp républicain. C’est là où l’on saura si la stratégie de Giuliani a payé. Soit il gagne et devient archi favori, soit il perd et il est politiquement mort.

Le 1 février

Maine

Caucus juste pour les Républicains.

Pierre Grange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

adrien 22/01/2008 19:08

Merci bien c'est agréable de trouver quelque chose de bien expliquer et surtout sans tout le vocabulaire politique habituel...C'est bien "imbitable"!

Steve 12/01/2008 17:35

merci pour tout votre travail,
votre blog est vraiment bien, il permet de se tenir aux nouvelles
Bravo a toute votre équipe

tom 12/01/2008 16:54

Allons rené c'est de l'humour ! Et puis pour ceux qui n'ont pas le temps de s'y plonger dedans c'est tout de même "imbitable"

René Outret 11/01/2008 20:03

Certes, c'est compliqué mais voilà tout cela bien expliqué. De là à qualifié tout ce système d' "imbitable", enfin ! ... Reprenez-vous jeune homme, vous avez tout de même l'air bien élevé !