Ces indépendants en embuscade

Publié le par blog-elections-americaines-tf1

Ralph Nader vient de lancer un comité pour étudier son éventuelle candidature en novembre en tant qu’indépendant. Ralph Nader c’est l’homme à qui l’on doit l’élection de Bush en 2000. Souvenez-vous, l’élection s’est jouée en Floride : Al Gore a perdu à quelques centaines de voix près. Les presque 100 000 électeurs qui se sont portés sur Ralph Nader lui ont donc coûté l’élection. Ce militant des droits des consommateurs s’est déjà présenté en 1992 en tant qu’indépendant, en 1996 et en 2000 au nom du parti Vert et en 2004, soutenu par le parti de la Réforme. Aujourd ’hui, malgré ses 73 ans, il se verrait bien faire une dernière tournée. Même s’il n’a absolument aucune chance, il pourrait faire perdre le parti démocrate. Que ce soit un duel McCain-Hillary ou McCain-Obama (ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué mais ca risque de ressembler à ça), il sera très serré. Donc, quelques soient le peu de voix qu’un Nader récolterait, elles manqueraient terriblement au parti démocrate pour être élu.

 

 

Autre candidat qui attend son heure, Michael Bloomberg. L’actuel maire de New York a engagé, grâce à sa fortune personnelle, une équipe de sondeurs qui passent leurs journées à se demander si sa candidature est viable. Lui n’ira que s’il a des chances de l’emporter. C’est le centriste par excellence. Il a commencé sa carrière comme démocrate, est passé républicain pour emporter la mairie de New York et a rendu sa carte l’été dernier pour s’afficher comme indépendant. Il veut prendre les meilleurs de la gauche et les meilleurs de la droite (mot pour mot) et les faire travailler ensemble. Il rêve que les Républicains désignent un candidat très à droite, il aurait alors toute les chances de l’emporter en novembre en grattant chez les Républicains modérés, les centristes et les Démocrates qui détestent Hillary (ou Obama). Si McCain est candidat (c’est le plus modéré de Républicains), il aura donc du mal à faire son trou et va peut-être éviter de se lancer dans la bataille. Mais je vous reparlerai de ce centriste, qui à la fois baisse les impôts et donne de l’argent de poche aux enfants de milieux défavorisés qui réussissent à l’école.

 

 

Pierre Grange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article